mercredi 31 octobre 2012


BRONSKI BEAT - THE AGE OF CONSENT (1984)
Bronski Beat est né en 1984. Il est formé de Jimmy Somerville, Steventeur Bronski à la percussion et Larry Steinbachek au clavier. À l'époque de la fondation du groupe, la pop britannique commençait tout juste à se mélanger au mouvement New Wave. Ce nouveau courant allait fortement influencer le style choisi par les Bronski Beat. Si ces derniers percent rapidement auprès du public, c'est en grande partie grâce à la voix plutôt aigue de Jimmy Somerville, le chanteur de la formation. Ce groupe s'est également bâti une certaine réputation du fait que ses membres sont tous gays et ne le cachent pas. Dans un pays puritain comme l'Angleterre, au sein duquel l'homophobie est courante, on peut dire qu'ils étaient courageux. On notera par ailleurs que de nombreuses chansons du groupe évoquent l'homosexualité d'une manière plus ou moins directe. Si de nombreuses formations musicales ne faisaient pas de secret quant à leur identité sexuelle, Bronski Beat est la seule à en avoir osé en parler. Particulièrement des inégalités qui en découlent au sein de la société. L'année même de leur création, les membres chamboulent l'univers de la musique britannique. Avec leur single « Why » et « Smalltown boy » qui sortent en 1984, ils prouvent qu'ils ont beaucoup de talent. Cette même année, ils dévoilent l'album « The age of consent » qui rencontre un franc succès, même encensé par la critique.

PLAYLIST:

A1Why?4:02
A2Ain't Necessarily So4:34
A3Screaming4:13
A4No More War3:52
A5Love & Money5:08
B1Smalltown Boy5:02
B2Heatwave2:41
B3Junk4:17
B4Need A Man Blues4:19
B5I Feel Love / Johnny Remember Me





5:59

RITA MITSOUKO - THE NO COMPRENDO

Contrairement au premier album, qui était une collection de morceaux composés tout au long des années précédentes, ces chansons ont été écrites spécialement pour The No Comprendo à partir de 1986 (à part Someone to love et Tonite)1. L'enregistrement, qui a eu lieu au domicile du groupe, a été filmé par Jean-Luc Godard et le film Soigne ta droite présente ainsi quelques inédits.
Sorti en juin 1986, Andy devient le deuxième grand succès populaire du groupe, qui décide à ce moment-là de rajouter Les avant son nom "pour éviter que l'on identifie Rita Mitsouko à Catherine seulement"1. Toutes les chansons sont d'ailleurs signées "Chichin-Ringer" sans plus de précisions: "C'est tellement plus simple, et on s'en fiche, on ne va pas comptabiliser. Mais on n'a pas de règle, on a d'innombrables manières de faire un morceau, même si finalement, c'est moitié-moitié. Parfois tout vient d'elle, parfois tout vient de moi, l'autre arrange, je peux composer un morceau que Catherine jouera entièrement. Il est impossible et bête de faire une comptabilité" explique Fred Chichin aux Inrockuptibles en janvier 19871.
Pour la tournée qui suit la sortie du disque, le groupe inaugure en mars la salle de La Cigale, à Paris, qui n'était alors qu'un vieux théâtre, avec un groupe recruté à New York dont Prince Charles fait partie. Un an plus tard, ils font la tournée de clubs américain, et rencontrent alors les Sparks avec qui ils travailleront sur l'album suivant.

PLAYLIST :

A1Les Histoires D'A
A2Andy
A3C'est Comme Ca
A4Vol De Nuit
A5Someone To Love
B1Stupid Anyway
B2Un Soir Un Chien
B3Bad Days
B4Tonite
B5Nuit D'Ivresse







STRAY CATS - Built For Speed



























Trio de rockabilly formé dans la banlieue Est de New York en 1980 sous le nom de "The Tomcats", les Stray Cats décident devant l’indifférence de leurs compatriotes de s’expatrier à Londres. Après quelques mois de vaches maigres, leurs concerts plein d’énergie où Lee Rocker escalade sa contrebasse et Slim Jim Phantom sa batterie limitée au strict minimum, commencent à attirer l’attention des journalistes et des maisons de disques. Ils enregistrent un premier single avec Dave Edmunds. L’Angleterre est à la recherche d’une nouvelle mode musicale et s’enflamme soudain pour le Rockabilly énergique du groupe. L’Europe suit bientôt et le premier album qui sort en 1981, toujours produit par Dave Edmunds permet aux Stray Cats de passer l’été au sommet des Hit-parade. Une vague Rockabilly submerge alors l’horizon musical et de nombreux groupes apparaissent dans le sillage de leur succès...En 1982 le groupe tente de percer au Etats Unis avec un album qui regroupe les titres des deux premiers, "Build For Speed"...



STRAY CATS - BUILT FOR SPEED (1982)
IMPORT U.S.A.

A1Rock This Town
Producer – Dave EdmundsWritten-By – Brian Setzer
3:24
A2Built For Speed
Producer – Stray CatsWritten-By – Brian Setzer
2:53
A3Rev It Up & Go
Producer – Hein HovenStray CatsWritten-By – Brian Setzer
2:27
A4Stray Cat Strut
Producer – Dave EdmundsWritten-By – Brian Setzer
3:15
A5Little Miss Prissy
Producer – Hein HovenStray CatsWritten-By – Brian Setzer
2:59
A6Rumble In Brighton
Producer – Hein HovenStray CatsWritten-By – B. Setzer*, S. J. Phantom*
3:11
B1Runaway Boys
Producer – Dave EdmundsWritten-By – B. Setzer*, S. J. Phantom*
2:58
B2Lonely Summer Nights
Producer – Hein HovenStray CatsWritten-By – Brian Setzer
3:16
B3Double Talkin' Baby
Producer – Dave EdmundsWritten-By – Danny Wolfe
3:02
B4You Don't Believe Me
Producer – Hein HovenStray CatsWritten-By – B. Setzer*, L. Rocker*, S. J. Phantom*
2:54
B5Jeannie, Jeannie, Jeannie
Producer – Dave EdmundsWritten-By – G. Motola*, J. Page*
2:18
B6Baby Blue Eyes
Producer – Hein HovenStray CatsWritten-By – D. Burnette*, H. Jerome*, J. Burnette*, P. Burlison*


2:47

Billy Idol - Rebel Yell


BILLY IDOL - REBEL YELL (1984)

Billy Idol ne s'appelle pas vraiment Billy Idol. Si, si, je vous assure. Je sais que ça vous en bouche un coin mais, croyez-moi, une fois qu'on connait son vrai nom, la vie n'est plus du tout pareille. Bref l'idole des jeunes (plus tous jeunes car il est quand même de 1955, le bougre) s'appelle en fait William Michael Albert Broad (oui, rien que ça) et a joué dans plusieurs groupes avant de connaître la renommée internationale dont il jouit.

Il commence sa petite carrière solo en 1982 et fait directement un tabac avec White Wedding (c'est étonnant!) mais c'est l'album Rebel Yell dont est tirée la chanson présentée ci-dessous qui le propulse au rang des supers stars (qui brillent dans le ciel, et tout). Il sort encore deux albums sympathiques mais son album Cyberpunk en 1993essuie un échec au niveau commercial et depuis lors la majeure partie de ses albums sont des compilations.

Pourquoi lui, pourquoi cette chanson-là? Parce qu'il a peut-être l'air ridicule avec ses cheveux couleur platine et son look punky un peu désuet,  il n'empêche que si Billy Idol est incontestablement une icone de la New Wave et du Punk Rock, ce n'est pas pour rien. Ce type est tout simplement une bête de scène. Et il allie cette capacité à une voix profonde, un rythme de fou et une énergie débordante qui assaille facilement un troupeau de fan en délire et tout ce qui se trouve à 5 km à la ronde !

Deuxième album de Billy Idol et sommet de sa légende, Rebel Yell réunit Steve Stevens et Keith Forsey, autour des chansons de l’Anglais expatrié. La guitare du premier, toute en riffs saignants, et les claviers du second, dans la couleur de l’époque, font de cette somme un pur concentré de heavy rock des années 80.

L’album est enregistré en trois jours seulement (!), au Studio Electric Ladyland de New York, où la petite équipe débauche le batteur du groupe Scandal, qui enregistrait dans un studio attenant. Dans les chœurs, on trouve Perri Lister, une des premières stars féminines de clip, ex-danseuse, vaguement actrice, qui chantait « devenir gris » dans un hit de Visage (« Fade to Grey ») et fit partie d’un girl group avec d’ex-Coconuts de Kid Creole.

Perri Lister était à l’époque la fiancée officielle de Billy Idol, avec qui elle a eu un fils. L’emphatique « Eyes Without a Face », le roboratif « Flesh for Fantasy », l’électronique « Rebel Yell » restent des parangons de chansons pop des années 80.


TRACKLIST :

A1. Rebel Yell
A2. Daytime Drama
A3. Eyes Without A Face
A4. Blue Highway

B1. Flesh For Fantasy
B2. Catch My Fall
B3. Crank Call
B4. (Do Not) Stand In The Shadows
B5. The Dead Next Door




PINK FLOYD - The Dark Side Of The Moon






PINK FLOYD-THE DARK SIDE OF THE MOON (1973)
Harvest ‎– 5C 062-05249 -  LP, White – Netherlands - 1973



The Dark Side Of The Moon ou le disque parfait, l'album qui appelle immédiatement les superlatifs : troisième meilleure vente de disques de tous les temps (45 millions de copies écoulées de par le monde), record absolu de longévité dans le Billboard (741 semaines d'affilée, soit plus de 14 ans !), étalon or auditif pour tester la qualité des chaines hi-fi jusqu'aux années 90... Mais c'est surtout l'album qui a propulsé du jour au lendemain Pink Floyd de l'anonymat de l'underground anglais à la célébrité universelle et qui a transformé le groupe en une machine à remplir les stades.

Au delà de ces simples aspects matériels, Dark Side marque surtout une rupture avec l’œuvre antérieure du Floyd et réalise la quintessence de ce que la formation souhaitait exprimer sur disque depuis la défection de son leader Syd Barrett en 1968. Il aura donc fallu à David Gilmour, Roger Waters, Rick Wright et Nick Mason cinq années et sept albums studios (en comptant deux BO de film) pour parvenir à un tel résultat. Mais quel résultat !




TRACKLIST :

A1       Speak To Me
A2       Breathe
A3       On The Run
A4       Time
A5       The Great Gig In The Sky

B1       Money
B2       Us And Them
B3       Any Colour You Like
B4       Brain Damage
B5       Eclipse





Pink Floyd - Time from Friedrich Mary on Vimeo.

PINK FLOYD - Wish You Were Here





PINK FLOYD - WISH YOU WERE HERE (1975)
Harvest ‎- SHVL 814 - (UK)



Un jour de juin 1975, les quatre membres de Pink Floyd travaillaient sur leur nouvel album dans le fameux studio n°3 d’Abbey Road, à Londres. Le groupe était alors en train de terminer l’éprouvant processus de mixage de la chanson-phare de leur nouvel album, "Shine On You Crazy Diamond", mais s’apprêtait également à fêter le mariage de David Gilmour. C’est alors qu’un homme replet, au crâne et aux sourcils rasés, étreignant un sac plastique, apparut dans la salle de mixage. Gilmour ne prêta guère d’attention à ce personnage, pensant qu’il s’agissait d’un technicien anonyme des studios EMI. Roger Waters le croisa également sans réaction. Rick Wright crut qu’il s’agissait d’un ami du bassiste, et s’approcha pour lui parler. Un sentiment désagréable s’empara du pianiste : ce regard, cette voix, ce visage ne lui étaient pas inconnus. Wright comprit enfin qui était cette figure surgie du passé : il s’agissait de Syd Barrett, un Barrett vieilli, grossi, qui n’avait plus rien du dandy des années 60. Tous furent abasourdis par la réapparition soudaine de l’ancien chantre du psychédélisme londonien, et encore plus par sa transformation. Nul ne comprit ce qu’il venait faire là. Il se déclara disponible pour revenir au sein du groupe, entre autres propos incohérents. L’écoute du mixage ne lui arracha pas la moindre réaction, et l’homme disparut aussi brusquement qu’il était apparu. Ce fut la dernière fois que les membres de Pink Floyd revirent celui qui avait fondé leur groupe, près de dix ans auparavant. 

Cet incident inattendu vint conclure deux années de tourmente populaire et médiatique autour du quatuor. Dark Side of the Moon avait été le plus grand succès de l’année 1973, au grand dam de ses auteurs, qui ne s’attendaient certes pas à une telle réussite. L’ensemble de la concurrence, qui s’abîmait déjà dans la surenchère, ne put rivaliser avec la beauté tragique de ce disque. Brain Salad SurgeryA Passion Play et Tales From Topographic Oceans, boursouflés, hermétiques et arrogants, donnèrent un coup fatal au rock progressif, dont le déclin devint de plus en plus rapide. Pink Floyd, par son chef-d’œuvre, s’extirpe de toute comparaison avec les leaders du rock progressif et pénètre ainsi dans le cercle restreints des phénomènes de société. La tournée mondiale qui précède et suit la publication de l’album confirme le nouveau statut du quatuor. Le répertoire, déjà très fourni, est complété par de nouvelles chansons écrites par un Roger Waters très inspiré : "Raving and Drooling", "You Gotta Be Crazy" et "Shine On You Crazy Diamond". Les deux premières finiront sur Animals, sous les titres respectifs de "Sheep" et "Dogs". La troisième constituera le cœur du nouvel album de Pink Floyd, dont l’enregistrement commence au début de l’année 1975, pour se poursuivre jusqu’au milieu de l’été. 

L’excellente entente qui avait présidé à la naissance de Dark Side of the Moon est déjà de l’histoire ancienne. Épuisés, les quatre musiciens progressent avec difficulté. Gilmour et Wright commencent à se heurter à l’autoritarisme naissant de Waters, une tendance qui ne fera que s’affirmer dans l’avenir. Les belles années sont déjà loin, ce qui est reflété dans les chansons. Les thèmes se recentrent sur le groupe, sans pour autant perdre en profondeur par rapport à ceux du disque précédent, l’aventure humaine de Pink Floyd recelant de nombreux éléments propres à toucher tout être humain. Cruauté, abandon, narcissisme, oubli, amour et haine, argent et ascétisme. La musique, elle, se veut plus libre, synthétisant les longues épopées d’Atom Heart Mother et de Meddle aux démonstrations tragicomiques plus resserrées de Dark Side of the Moon. L’alliage de ces deux tendances, qui pourrait paraître comme hasardeux, est une réussite éclatante. Il n’y à qu’à écouter l’introduction du disque pour le comprendre : jamais le groupe n’a été aussi poignant, et l’on ne peut qu’être saisi devant une telle expressivité, une telle émotion, une telle beauté. Les soli de David Gilmour, précis et lumineux, ponctuent de longues progressions harmoniques, majestueuses sans être pompeuses, tissant des paysages musicaux superbes. Pas de virtuosité ni de mollesse ici : juste un équilibre délicat, qui n’appartient qu’aux grands. 

Plus discret, moins flamboyant que son prédécesseur, Wish You Were Here pourrait bien être le pinacle de la carrière de Pink Floyd. Homogène et contrasté, planant et incisif, il parvient à joindre des tendances contradictoires, à l’écart de toute la concurrence de l’époque. Quelques passages pompiers ne parviennent pas à entacher l’ensemble, tant celui-ci est inspiré. Le disque vaut aussi, et surtout, parce qu’il contient la meilleure chanson jamais écrite par le quatuor, et par-là même l’un des meilleurs titres de la musique pop : le morceau-titre. Si Pink Floyd excelle dans les longues suites cosmiques, il n’a jamais été aussi brillant que sur ce petit morceau de folk acoustique, aux paroles saisissantes de douleur coupable. Le dernier couplet reste comme l’un des rares passages véritablement bouleversants jamais produits par un orchestre de musique populaire. La perfection n’existe pas, mais "Wish You Were Here" peut en octroyer un aperçu. Elle montre à la postérité que le talent de Pink Floyd ne s’arrête pas au space rock, aussi brillant que soit ce dernier. L’album résonne comme l’incarnation d’un instant passager, proche de l’oubli, comme l’extrapolation d’une époque, d’un équilibre depuis longtemps rompu. Jamais le groupe ne parvint à retrouver une telle éloquence verbale, une telle maîtrise musicale, même sur de remarquables albums comme Animals ou The Wall. Qu’importe : il faut rendre hommage à Pink Floyd pour avoir publié ne serait-ce que la chanson-titre. Or, bien sûr, la contribution du quartette à la musique populaire a été bien plus vaste que cela… (Ulissangus - Destination Rock).



PLAYLIST :


A1Shine On You Crazy Diamond (Part 1-5)
A2Welcome To The Machine
B1Have A Cigar
B2Wish You Were Here
B3Shine On You Crazy Diamond (Part 6-9)







KATE BUSH - The Kick Inside


KATE BUSH - THE KICK INSIDE (1978)

The Kick Inside est le premier album de Kate Bush. Sorti en 1978, il est aussi son sommet absolu, et elle n'avait que 20 ans au moment de sa sortie. Et déjà, une voix aussi magnifique qu'indescriptible, qui reste encore aujourd'hui sa marque de fabrique, son atout principal (mais non majeur : les morceaux, qu'elle a signés seule aussi bien pour la musique que les textes, sont incroyables). Produit par Andrew Powell, l'album existe sous deux pochettes. La plus connue est l'originale britannique, au-dessus, et il y à aussi une pochette plus sobre, photographique, pour les USA (juste en-dessous). En 43 minutes (pour 13 titres), The Kick Inside aligne quelques unes des plus grandes chansons de Kate : The Man With The Child In His EyesKiteThe KickInsideL'Amour Looks Something Like You et le grand, l'immenseWuthering Heights.

La pochette US, la plus courante sur le territoire Américain.




Playlist:

A1Moving

A2The Saxophone Song
A3Strange Phenomena
A4Kite
A5The Man With The Child In His Eyes
A6Wuthering Heights
B1James And The Cold Gun
B2Feel It
B3Oh To Be In Love
B4L'Amour Looks Something Like You
Electric Piano – Duncan Mackay
B5Them Heavy People
B6Room For The Life
B7The Kick Inside