lundi 15 mai 2017

The CULT - Love



The CULT - Love (1985)


Le groupe a le vent en poupe, Billy et Ian se sentent pousser des ailes et sortent en Mai 1985 le hit "She sells sanctuary", soit l'une des chansons préférées de votre serviteur. Il y en a des choses à évoquer quand on parle de cette chanson magique. Tout y est proche de la perfection : la petite intro cristalline, puis ce rythme qui emprunte tour à tour à de nombreux genres musicaux, de la new wave au métal en passant par le psyché et le punk, voila un des plus beaux exemples de riff existants dans la musique populaire. La fusion ainsi dégagée n'est rien moins que fabuleuse. une composition aérienne, légère et pourtant dégageant une force terrible, écoutez donc la rythmique de guitare folk par dessus le riff, c'est légendaire ! Ian s'époumone comme à son habitude, mais ici le résultat dépasse toutes les attentes. Un chef d'œuvre !

Drôle d'intro pour un deuxième album qui connaîtra bien des turpitudes, le batteur Nigel Preston ne parvenant pas à se débarrasser de ses démons, il est viré manu militari - périra d'overdose en 92... - et remplacé au pied levé pour l'album par Marc Brezincki de BIG COUNTRY... Le CULT sera à jamais un groupe sans batteur...

Attention virage serré : "Phoenix" la bien nommée débute par un riff saturé de wahwah qui penche beaucoup plus du coté de LED ZEPPELIN que des DAMNED.. Un premier pas vers la carrière florissante qui les attend ? En tout cas, on a rarement vu un gratteux punk/new wave tant à la fête, et ceci ne passe pas inaperçu au sen de la communauté des metalleux qui regarde avec curiosité ce gratteux punk qui manie son instrument ainsi que le font les guitar heroes du métal, c'est définitif sur ce titre qu'il emporte bien loin dans les cieux ! Quelle débauche de solos ! Magnifique !

Sur le second single "Rain" , nous avons droit à un son plus New wave tout en restant bien raw, avec un refrain assez polissé. "Hollow man" est bâti sur la même base, la recette fonctionne. L'éponyme "Love" bien que plus lente bénéficie toujours de cette dynamique. "Brother wolf sister moon" nous replonge a la fois dans la passion des amérindiens de Ian et dans une ambiance plus gothique. On en finît avec la superbe "Nirvana" qui ouvre l'album, un petit condensé de ce que la new wave nous aura donné de mieux, refrain adictif et petite mélodie "cultesque" classique.

On reste un peu abasourdi devant une telle avalanche d’énergie. Certes le Punk est énergique mais ici la sophistication l'emporte sur la violence. L’ensemble reste donc de facture New Wave, mais nanti d'une puissance toute particulière. La suite ne saurait déroger à l'évolution ici constatée. Les influences digérées, les égos calmés par les ventes colossales du disque - 2,5 millions -, Ian et Billy peuvent se pencher avec délicatesse sur un futur qui s'annonce drôlement dégagé !

Un album classique, à conserver toujours à portée de votre platine, il n'y en a pas deux comme celui ci ! (ERWIN – Forces Parallèles).







TRACKLIST :


A1       Nirvana        
A2       The Big Neon Glitter          
A3       Love  
A4       Brother Wolf, Sister Moon
A5       Rain

B1       The Phoenix
B2       The Hollow Man
B3       Revolution
B4       She Sells Sanctuary
B5       Black Angel




The Cult - She Cells Sanctuary from Friedrich Mary on Vimeo.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire